Animations, ateliers et
sensibilisation aux mondes vivants
du jardin

 

…sont nés d’une envie.

L’envie de partager, de donner à voir, de sensibiliser

Ils sont ma libre interprétation de l’animatrice en agroécologie que je suis. Susciter l’intérêt, permettre les contemplations, éveiller les curiosités par le spectre du petit parfois même de l’invisible et dans tous les cas par le sensible et les ressentis.

Il est dans l’air du temps de parler d’écologie, de la place de la nature dans nos villes, nos demeures, nos jardins, nos campagnes. Mais quelle place souhaitons-nous lui donner vraiment. Une place libre et sincère ou un espace cloisonné et défini ?

Pour expliciter mon souhait,
revenons à ce nom, à ce mot :
…écho…

L’écho diffuse, amplifie, partage, un mouvement d’air, un battement d’aile, une vibration de corde vocale… mais l’écho ne se crée que s’il rencontre un interlocuteur, une matière sur laquelle il peut rebondir, y déposant au passage une part de son message. L’écho n’est pas un mégaphone qui inonde le monde, il est une résonance et évolue au gré des rencontres.

L’écho est libre et au pluriel, les échos sont divers, parfois mêlés, ils évoluent et semblent se répondre.

Ici, les échos sont fertiles car il est bon d’être vivant, de grandir dans un environnement propice permettant l’abondance. Mais également car l’imagination et l’inventivité sont importantes à mes yeux fantaisistes.

Les échos fertiles ont pour souhait de sensibiliser via des animations, des ateliers…aux mondes vivants dans les jardins et partout ailleurs !